ITW Renaud Biet TabMo : La question n’est plus quand investir en mobile mais comment bien investir en mobile

1/ Bravo pour cette belle levée de 4M€ !Renaud Biet Hawk full stack TabMo Programmatique Mobile Dans ce cadre les fondateurs dont tu fais parti ont gardé le contrôle de la société ou pas ? Comment cette levée impacte votre stratégie et aussi votre quotidien ?

Nous restons majoritaires au capital de la société. La présence des fonds est très positive car elle nous permet en tant que fondateur de structurer l’entreprise, afin d’atteindre nos objectifs communs, et développer nos produits à l’échelle internationale.

Nous avons ouvert un bureau à Londres en 2015 et en Allemagne début 2016, ce qui nous donne déjà une dimension européenne.

2/ On connait bien TabMo votre activité historique de Trading Desk Mobile, mais moins Hawk qui est la techno que vous développez et opérez, peux-tu nous en dire plus ? Quel type d’acteurs ciblez-vous les agences, les annonceurs ? 

Nous ne sommes plus un trading desk, mais une technologie ! Nous adressons donc tout type d’acteurs, agences media, trading desks et annonceurs pure players.

Pour rappel, nous avons développé depuis 18 mois notre technologie propriétaire, que nous utilisons en service managé depuis septembre 2015.

Depuis le début de cette année, nous commercialisons notre plate-forme en SAAS (software as a service).

Nous avons donc récemment positionné notre offre sous l’ombrelle TabMo-Group, avec « TabMo » pour le service managé, et « Hawk » pour la partie self-service.

3/ Le paysage des Technologies Programmatiques est foisonnant et il n’est pas toujours facile de s’y retrouver et comprendre les forces des uns et des autres, sur quel type de campagne apportez vous le plus de valeur ajoutée ?

Notre plate-forme full stack est complètement ouverte à l’écosystème, et permet d’onboarder tout autre type d’acteur de l’adtech (SSPs mobiles, DMP mobiles, Brandsafety & viewability)

La créativité est au coeur de notre proposition de valeur avec la réalisation de formats tirant plein parti des fonctionnalités du smartphone.

Video, rich media, et native advertising sont donc nos axes de développement commerciaux et technologiques.

4/ Le mobile a eu son année en 2015 notamment en gagnant la bataille du temps passé vs le desktop, quel sera le prochain cap franchi par le mobile en 2016 ? 

La majorité des investissements digitaux ! Ce sera déjà le cas en Angleterre selon Emarketer, un pays où nous sommes très implantés:

emarketer investissement pub display 2015 2020 Programmatique

La question n’est plus « quand investir en mobile » mais « comment bien investir en mobile ».

5/ Une pensée pour les cookies ? la majorité des Trading Desk, DSP, DMP sont encore cookie centrics n’y a -t-il pas un risque pour les annonceurs de négliger le mobile et les Apps dans leurs investissements médias ?

Notre vision c’est qu’au delà du basculement des usages vers le mobile, l’environnement applicatif (où le cookie n’est pas présent) offre une expérience mobile beaucoup plus riche pour l’utilisateur.

Les réseaux sociaux ont été les premiers à mettre à profit cette expérience (Facebook et plus récemment Snapchat).

Nous pensons donc que l’utilisation des cookies sera de plus en plus limitée car ne permettant plus de trouver suffisamment de couverture aux annonceurs digitaux.

Cependant d’autres identifiants accessibles in-app permettent aux annonceurs d’accéder à la data mobile (IFA pour iOS, et Android Id pour Android).

Notre technologie Hawk permet ainsi aux marketers d’accéder à ces datas via les DMPs mobiles.

Merci Renaud pour cette interview.

Eric Gueilhers